Le Style Blanc Coco

Une approche mode minimaliste pour des photos modernes et intemporelles.

LE BLANC

 Si vous avez fait un tour sur mon Portfolio, vous serez saisi par la luminosité de mes images et par mon univers tout blanc. Je ne sais pas pourquoi j’aime le blanc, et cette couleur c’est imposée à moi au fil de mes nombreuses années de prises de vues. Je me suis prêtée à l’exercice du « décriptage » de cette inspiration.

– Le blanc est intemporel. Vos images ne vont pas passer de mode. Si vous regardez en arrière au cours des années, vous ne vous ferez jamais l’écho d’un mur blanc ou d’un t-shirt blanc (pensez à Marlon Brando et James Dean).

– C’est une ambiance pure et naturelle, ce qui est parfait pour les bébés. Quelle couleur pour mieux représenter l’enfance que le blanc ?

– Le blanc fonctionne pour tous les tons de peau.

– Il n’a pas de dominante de couleur. Les couleurs fortes peuvent affecter tout ce qui les entoure, alors un haut orange vif donnera à la peau de tout le monde une légère lueur orange.

– Étymologiquement le mot blanc vient du germanique blank, ce qui signifiait « brillant, clair, sans tache », deuxième sens, « nu ».

– Le blanc ne détourne pas l’attention. L’accent est mis sur votre enfant, son regard, sa peau, la couleur de ses yeux. Les couleurs vives et les motifs peuvent être source de distraction.

  • car le blanc est d’un point de vue optique la synthèse chromatique de toutes les longueurs d’onde visibles (couleurs). Ce qui explique sans doute le sens qu’on lui accorde en Occident : celui de l’unité, de l’équilibre parfait.
  • Depuis des générations, le blanc est lié au mariage, à la pureté, à la virginité et quelque part à la perfection et au divin (vêtement papal). On trouve très peu de blancs  » naturels  » dans la nature. Le blanc est la couleur de la lune et des anges. Le blanc se prête à merveille à tous les contextes : il se marie à la perfection avec toutes les couleurs, et il est difficile de s’en lasser.

 

LE MINIMALISME

Le style minimaliste, c’est un look plutôt sobre mais qui se joue des formes et des matières pour donner un air moderne. Ce courant réside beaucoup dans les rapports entre les formes, les couleurs ou encore les matières. Des formes concrètes, basiques, et leurs variations autour : rond, carré, triangle.

Le minimalisme est une tendance de mode qui connaît son apogée au cours des années 1990. Celui-ci se caractérise par une suppression de ce que certains créateurs de mode considèrent comme inutile : ornementations, détails ou couleurs. Il tend donc vers une simplification des vêtements afin que ceux-ci remplissent avec discrétion leur fonction première : habiller. Ce retour à l’essentiel devient la valeur ajoutée de l’objet suivant le précepte de Mies van der Rohe, « less is more ».Cʼest intraduisible de façon aussi élégante en français, mais en gros : « le raffinement réside dans le dépouillement », «God is in the details », à savoir, « le diable se cache dans les détails ».

L’usage de textiles sobres mais luxueux par des créateurs renommés fait que cette mode parfois élitiste ne peut être considérée comme une forme de décroissance mais plutôt comme un rejet des tendances ostentatoires des années passées. Si le noir ou le gris dominent le milieu des années 1980 comme symboles de ce minimalisme jusqu’à se répandre dans la rue, ils sont radicalement remplacés dans les collections par le blanc une dizaine d’années plus tard. Cette tendance minimaliste touche mondialement de très nombreux stylistes mais reste représentée dans sa quintessence par Jil Sander et Helmut Lang.

Quelque chose de bien fait est exécuté de manière totale et entière. Une recherche stylistique de la simplicité devrait sʼarticuler autour de ces deux axes qui sʼimbriquent : des pièces simples, mais qui tuent tout sur leur passage, et qui se pensent de façon globale.

 

Collect moments not things